Le décor sur les photos va changer

Bonjour à tous,

8 mois… voici le temps qui s’est écoulé depuis mon dernier post. Beaucoup de choses ont changées dans la vie de Louis et de ses parents. Je vais profiter de cet article pour vous en dire quelques mots. Pas d’astuces montessoriennes, pas de DIY ou de lectures enfantines. Du « blabla » pour expliquer cette absence et ensuite reprendre l’activité classique du blog 😉

Ainsi vous allez comprendre pourquoi le décor sur les photos va changer. En effet, en 8 mois, Louis a changé d’école, de garderie, de nounou, de copains, de maison. Pour ma part j’ai changé de travail, de collègues, de région. Tout a commencé le 12 mars, quand j’ai appris que mon mari voulait divorcer… un divorce « surprise ».

La nouvelle a, évidemment, été très difficile à accepter mais la réalité s’est imposée à moi et j’ai dû agir. J’ai compris qu’il n’y aurait pas de retour en arrière dès qu’il me l’a annoncé. Mais entre comprendre et accepter, il y a parfois un fossé. Quand j’ai retrouvé ma lucidité, j’ai compris qu’il y avait deux voies qui s’ouvraient à moi : le détester ou apprendre à l’aimer autrement. J’ai choisi de prendre la seconde et ce, assez rapidement.

Cela ne veut pas dire que tout est réglé et que tout est facile, looooiiiiin de là. Mais j’ai choisi de ne pas en faire mon ennemi. J’ai pris les choses en main et tout s’est enchainé rapidement. RDV avocat, notaire, administratif, mutation, cartons, déménagement, emménagement, prise de poste, passation, divorce, vacances entre copines. Depuis début octobre, le tourbillon est terminé. J’ai le temps de réfléchir. Enfin pas beaucoup, ne nous fourvoyons pas, un nouveau boulot, une nouvelle ville, et un statut de maman divorcée c’est épuisant ! Je me plais à me dire que j’ai pris la bonne décision.

Je n’ai pas choisi de divorcer mais j’ai choisi d’être actrice de mon divorce (sûrement pour ne pas perdre la face – je m’interrogerai peut être un jour sur le pourquoi du comment…).

Matthieu et moi avons vécu de belles choses, 12 années heureuses, et je ne veux pas que celles qui restent soient différentes. Il en va de son bonheur, de mon bonheur et du bonheur de notre petit garçon. Parce que la raison principale de cette acceptation rapide et de ce sentiment qu’il faut avancer sereinement, c’est avant tout Louis. Quoiqu’il se passe pour ses parents, Louis ne doit pas en pâtir. Matthieu et moi en avons eu conscience tout de suite et avons fait en sorte que Louis reste notre priorité. L’amertume et les rancoeurs (il y en a encore évidemment, et ce malgré le chemin parcouru), nous les laissons de côté et avançons pour que la joie de vivre de notre petit garçon soit préservée.  Nous nous sommes faits accompagnés à deux reprises par des pédopsychiatres. Louis ne les a pas vu, la séance était pour nous, ses parents. Nous l’avons choisi ainsi pour l’accompagner dans la douceur. Evidemment, si nous décelons un changement dans son comportement, nous l’accompagnerons voir un spécialiste.

Il y a encore beaucoup de pages à écrire à notre histoire, le livre n’est pas fermé (comme j’ai pu le croire à une certaine époque), c’est juste un chapitre qui est terminé.

Un peu de stats ? 😉
Le divorce touche un mariage sur trois, voire deux dans les grandes villes. Je ne suis par conséquent, pas la seule dans cette situation, et c’est la raison pour laquelle j’ai voulu écrire cet article. Que vous subissiez cette décision ou que vous en soyez à son origine, les conséquences sont lourdes et difficiles, et ce des deux côtés. Ce n’est facile pour personne. En effet, d’après ce que j’ai pu trouver sur le net, 17 % des enfants de parents divorcés ou séparés vivent en garde alternée. 69 % des décisions rendues en terme de résidence sont prononcées en faveur de la mère. Nous sommes dans la seconde catégorie puisqu’effectivement, j’ai la garde « exclusive » de Louis. Le mot « exclusif » me gêne grandement, tout comme le « droit de visite » qu’est accordé à son papa. Toutefois, il faut bien « écrire » quelque chose. Mais mon sentiment est que ces mots ont, dans certains cas, beaucoup d’importance et qu’ils auraient pu être choisi différemment par notre législateur.

Vous pouvez choisir de vous déchirer mais je ne peux que vous recommander de vous respecter, de construire une relation positive pour vos enfants certes, mais aussi pour vous. Il est tellement moins difficile de se reconstruire par la suite.

Je vous laisse donc avec une étagère de mon nouveau salon (déjà publiée sur Instagram où je suis de nouveau active), pour illustrer un minimum le titre de mon article 🙂 Nous nous sommes installés à Rennes, pour celles qui y habitent, n’hésitez pas à me contacter !

De gauche à droite et de bas en haut :
Grilles graphiques « Tactile » – vase rose foncé – vase gris et noir – affiche – chouette en bois – maison en fer noir – horloge – bougies – baladeuse – étagère string.

Amicalement
Odrai

Post Views:
990